tousser

tousser

tousser [ tuse ] v. intr. <conjug. : 1>
• 1534; toussir fin XIIIe; lat. tussire; de toux
1Avoir un accès de toux. toussailler, toussoter. « sur un petit coup de froid [...] je me suis mis à tousser sans arrêt » (Céline). « Vous parlez trop vivement, et puis vous sortez vos bras du lit, et cela vous fait tousser » (Hugo).
Moteur qui tousse, qui a des ratés.
2Se racler la gorge, volontairement (pour éclaircir sa voix avant de parler ou faire signe à qqn, l'avertir). Elle « toussa comme font souvent les personnes qui parlent seules [...] pour faire croire [...] qu'elles s'éclaircissent la gorge » (Green).

tousser verbe intransitif (ancien français toussir, du latin tussire) Avoir un accès de toux ; chasser l'air des poumons involontairement, et avec bruit, par une ou plusieurs secousses expiratoires : La fumée fait tousser. Imiter ce bruit pour avertir. En parlant d'un moteur, faire entendre quelques explosions à un essai de démarrage. ● tousser (homonymes) verbe intransitif (ancien français toussir, du latin tussire)

tousser
v. intr.
d1./d être pris d'un accès de toux. Il tousse surtout la nuit. La fumée le fait tousser.
Par anal. Faire un bruit comparable à celui de la toux. Moteur qui tousse, qui a des ratés.
d2./d Se racler la gorge (pour s'éclaircir la voix, avertir, attirer l'attention de qqn).

⇒TOUSSER, verbe intrans.
A. — Expirer l'air contenu dans les poumons par une ou plusieurs secousses spasmodiques en produisant un bruit particulier, sous l'effet d'une irritation mécanique ou d'une infection des voies respiratoires; avoir une crise de toux. Tousser beaucoup, toute la nuit; tousser gras, sec; la fumée fait tousser; se mettre à tousser; se retenir de tousser. J'ai une grippe abominable, je tousse, je mouche, je crache et j'éternue sans discontinuer (FLAUB., Corresp., 1874, p. 119). Les enfants toussent régulièrement par quintes longtemps après qu'ils sont guéris de la coqueluche (PROUST, Prisonn., 1922, p. 182).
Tousser à + subst. ou inf. Tousser à cracher ses poumons, à rendre l'âme. Soudain, Rachel suffoqua, toussant aux larmes et rendant de la fumée par les narines. Le marquis, sous prétexte de l'embrasser, venait de lui souffler un jet de tabac dans la bouche (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Mlle Fifi, 1881, p. 161).
Tousser d'une toux + adj. Tousser d'une toux étranglée, humide, rauque. Elle parlait ainsi, brisée en deux, secouée par les sanglots (...), toussant d'une toux sèche et courte (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 239).
Empl. trans., rare. Tousser la mort. La vieille tousse son âme par petits morceaux du matin au soir (MURGER, Scènes vie jeun., 1851, p. 49).
P. anal. [Le suj. désigne un moteur à explosion] Émettre quelques explosions saccadées au moment du démarrage. Le moteur toussait, râlait, renâclait sans se décider. Et, soudain, il partit: « Tap, tap, tap » (DUHAMEL, Terre promise, 1934, p. 84).
B. — Produire volontairement un bruit analogue; simuler la toux. Tousser avant d'entrer. Quand j'eus décliné le but de ma visite, le rédacteur en chef toussa; c'est le prologue ordinaire de ceux qu'une réponse embarrasse (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 62).
Tousser pour + prop. inf. Tousser pour s'éclaircir la voix, pour se donner de l'assurance, pour étouffer un rire, pour signaler sa présence. Je cherchais les yeux de l'autodidacte et je toussai fortement, pour l'avertir (SARTRE, Nausée, 1938, p. 207). Il commença une phrase, mais fut obligé de tousser pour pouvoir la terminer, parce que sa voix détonait brusquement (CAMUS, Peste, 1947, p. 1392).
REM. Toussement, subst. masc., rare. Action de tousser; bruit qui en résulte. Peu après se fit entendre un toussement masculin, dont il ne pouvait méconnaître le son, qui provenait du gosier de M. Creton du Coche (CHAMPFL., Bourgeois Molinch., 1855, p. 162).
Prononc. et Orth.:[tuse], (il) tousse [tus]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1er quart XIIIe s. « faire effort pour dégager les voies respiratoires, par un mouvement d'expiration convulsif, saccadé » (RECLUS DE MOLLIENS, Charité, éd. A.-G. Van Hamel, CXXII, 3: assés tousse [la brebis] (il est difficile de déterminer s'il s'agit ici de la 3e pers. du prés. de l'ind. du verbe tousser ou du verbe toussir)); 1444 tousser (Journal d'un bourgeois de Paris, éd. A. Tuetey, p. 50); 2. 1934 p. anal. « se dit d'un moteur qui a des ratés » (DUHAMEL, loc. cit.). A remplacé to(u)ssir « tousser » (1176-81, CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier Charrette, éd. M. Roques, 4577), du lat. tussire, dér. de tussis « toux » (v. ce mot) (cf. ital. tossire, port. tossir, a. prov. tusir et avec changement de conjug. esp. toser, a. prov. tossar), encore att. chez SCARRON (1649, Virgile travesti, V, 194b ds RICHARDSON), dans certains parlers de l'Est et surtout dans ceux du Midi. Voir FEW t. 13, 2, pp. 441b-442a. Fréq. abs. littér.:979. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 516, b) 1 300; XXe s.: a) 1 589, b) 1 641.
DÉR. 1. Toussailler, verbe intrans. Tousser faiblement et souvent. Synon. toussoter. Elle trouva Mme Mimar couchée dans une grande salle en compagnie de malades qui toussaillaient (DABIT, Hôtel Nord, 1929, p. 188). [], [-a-], (il) toussaille [-], [-aj]. V. -aille, -ailler. 1re attest. 1821 (DESGRANGES, Pt dict. du peuple à l'usage des 4/5 de la France, Paris); de tousser, suff. -ailler. 2. Tousserie, subst. fém., vieilli. Action de tousser de manière continuelle et répétée; petite toux prolongée. Le petit salon retentit de la fausse tousserie d'un homme qui voulait dire ainsi: « Je vous entends. » (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p. 30). []. Att. ds Ac. dep. 1878. 1re attest. 1404 (Journal de Nicolas de Baye, éd. A. Tuetey, t. 1, p. 90); de tousser, suff. -erie. — Fréq. abs. littér.: 10. 3. Tousseur, -euse, adj. et subst. (Celui, celle) qui tousse souvent. Le vieux (...) souleva pesamment ses paupières et amena sur le tousseur les yeux trempés d'humidité d'une alose qui écoute jouer de l'accordéon (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, p. 177). Tousseuse comme je suis et mal hypothéquée, étiolée et mise sens dessus dessous par ces nouvelles! (MORAND, Homme pressé, 1941, p. 61). [], fém. [-ø:z]. Att. ds Ac. dep. 1835. 1re attest. 1427 (Journal d'un bourgeois de Paris, éd. A. Tuetey, p. 223); de tousser, suff. -eur2. 4. Tousseux, -euse, adj. et subst., vieilli. Synon. de tousseur (supra). Blénesse, le caporal-fourrier, un petit homme étriqué, « tousseux, rêveux et rassoté » (GENEVOIX, Éparges, 1923, p. 198). [tusø], fém. [-ø:z]. 1re attest. fin XIVe s. (EUSTACHE DESCHAMPS, Œuvres, éd. Queux De Saint-Hilaire et G. Raynaud, t. 1, p. 310); de tousser, suff. -eux.
BBG. — QUEM. DDL t. 16.

tousser [tuse] v. intr.
ÉTYM. 1534; a remplacé toussir.
1 Avoir un accès de toux. || Tousser à cause d'un coup de froid (2. Froid, cit. 7), d'un rhume, d'une angine (→ Entreprendre, cit. 19; 2. râle, cit. 4). || Fumée noire qui fait tousser (→ Cracher, cit. 10). || Tousser bruyamment, avec violence (→ Poumon, cit. 2). || Tousser faiblement ( Toussailler, toussoter). || Les gens toussent comme ils se grattent (→ Pastille, cit. 2). || Tousser et cracher (cit. 2). Expectorer, graillonner.Chat, chien qui tousse.
1 Vous parlez trop vivement, et puis vous sortez vos bras du lit, et cela vous fait tousser. En effet, des quintes de toux interrompaient Fantine presque à chaque mot.
Hugo, les Misérables, I, VIII, II.
2 — Que dites-vous d'une doucereuse momie qui joue la poitrinaire ? Elle tousse à petit bruit comme un académicien qui va lire une complainte de réception.
A. de Musset, la Matinée de Don Juan.
2.1 Sans compter que ma femme est malade et que mon petit dernier a la coqueluche (…) Il tousse à fendre vos plafonds (…)
E. Labiche, les Petits Oiseaux, I, 3.
(1942). Par anal. Se dit d'un moteur qui a des ratés.
2.2 Tiens ! Mon moteur tousse ! Il se refroidit. Je ferme donc les volets du capot.
Saint-Exupéry, Pilote de guerre, XIX, in Œ., Pl., p. 337 (1942).
2 Se racler la gorge, volontairement, pour éclaircir (cit. 1) sa voix avant de parler (→ Canaille, cit. 14; gravement, cit. 2) ou faire signe à qqn, l'avertir. || Tousser pour donner un signal. || Domestique qui tousse avant d'entrer.
3 Elle tousse pour avertir son mari.
Molière, Tartuffe, IV, 5 (Jeu de scène).
DÉR. Toussailler, toussant, tousserie, tousseur, toussoter.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем написать курсовую

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tousser — Tousser. v. n. Faire l effort & le bruit que cause ordinairement la toux. Il tousse toute la nuit. ce vieillard ne fait que tousser & cracher. ce malade ne tousse que trop, mais il ne crache point …   Dictionnaire de l'Académie française

  • tousser — vi. ronmâ (Saxel.002) ; torchélâ (Cordon), R.2a ; bossî gv.3 (Albanais. 001) ; tossî gv.2 (Albanais.001, Albertville.021b, Annecy.003, Beaufort.065, Thônes.004), teussi (021a, Arvillard.228), tochi (Demi Quartier.104), C.2 ; rofâ vi.… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • tousser — (tou sé) v. n. 1°   Faire l effort et le bruit que cause la toux. •   Votre fluxion ne vous sied point mal, et vous avez grâce à tousser, MOL. l Av. II, 6. •   Quand sur une personne on prétend se régler, C est par les beaux côtés qu il lui faut… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TOUSSER — v. n. Faire l effort et le bruit que cause la toux. Il tousse toute la nuit. Ce vieillard ne fait que tousser et cracher. Ce malade tousse beaucoup.   Il signifie aussi, Faire ce même bruit à dessein. Il tousse pour avertir un de ses amis …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TOUSSER — v. intr. Avoir un accès de toux. Il a toussé toute la nuit. Ce malade tousse beaucoup. Il signifie aussi Faire à dessein le bruit de la toux. Je tousserai pour vous avertir …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • tousser — (v. 1) Présent : tousse, tousses, tousse, toussons, toussez, toussent ; Futur : tousserai, tousseras, toussera, tousserons, tousserez, tousseront ; Passé : toussai, toussas, toussa, toussâmes, toussâtes, toussèrent ; Imparfait : toussais,… …   French Morphology and Phonetics

  • tousser — v.i. Protester, rouspéter. / Pour un moteur, avoir des ratés …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • Tousser gras — ● Tousser gras tousser en expectorant d épaisses mucosités …   Encyclopédie Universelle

  • toussoter — [ tusɔte ] v. intr. <conjug. : 1> • 1606; de tousser ♦ Tousser d une petite toux peu bruyante. ● toussoter verbe intransitif Tousser souvent, mais faiblement. Faire entendre une petite toux. toussoter v. intr. Tousser légèrement. ⇒TOUSSOTER …   Encyclopédie Universelle

  • tout, toute, tous, toutes — ● tout, toute, tous, toutes adjectif indéfini (bas latin tottus, du latin classique totus) Au singulier, devant un nom, et comme seul déterminant, indique la considération de chaque élément d un ensemble indifféremment ; n importe quel, chaque :… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”